Au comptoir

Où le barman se perd en digressions variées à qui se présente à lui ...


Wikipédia, c'est de la balle

J'entends souvent "Wikipédia, c'est pas une vraie encyclopédie". N'empêche que je me souviens bien de mes années collège où j'étais obligé de plonger des heures dans l'Universalis de mes parents. Et bien dans mon souvenir, c'était bien plus contraignant et pas forcément plus intéressant que de se laisser aller au gré des liens à la lecture de Wikipédia. Pour tout dire, j'ai passé pas moins de 2 heures d'article en article sans voir le temps passer.
Et j'y ai vu cette excellente citation que je ne résiste pas au plaisir de vous livrer. Elle vient de Linus Torvalds, inventeur du noyau Linux du système d'exploitation éponyme, à propos des programmeurs un peu idéalistes du projet Hurd (noyau qui est en développement depuis environ 15 ans sans jamais avoir été suffisamment abouti pour une utilisation de tout les jours):
"In short: just say NO TO DRUGS, and maybe you won't end up like the Hurd people."

Laisse béton

Ca vous est déjà arriver vous d'être animé de bons sentiments envers quelqu'un et d'avoir l'impression qu'il passe complètement à côté du message que vous vouliez lui dire.
Et bien moi, ça me fait un drôle d'effet à chaque fois que ça arrive. Ainsi, cette semaine, j'essayais de mettre en garde un collègue sur certains changements en cours dans les méthodes de travail et l'organisation de l'équipe. Moi, je voulais bien faire car, dans la grande distribution, quand on est vendeur à plein temps, on songe toujours d'une manière ou d'une autre à la place du dessus. Et bien au lieu de considérer ce que je lui disais, il a tout pris de haut.
Tant pis... que dit le proverbe, déjà, à propos de ceux qui ne changent jamais d'avis ?

Une grande première :D

et pourtant, on ne peut pas dire que j'ai fait quoique ce soit pour l'éviter.
En effet, dans la nuit de demain lundi à mardi a lieu l'inventaire de mon magasin. Et pour la première fois depuis 3 ans que je travaille chez Décathlon, je n'y serai pas car je dois former d'autres personnes. Ah quel dommage :[ ;)

On ne mégotte pas au Migot

C'est avec grand plaisir, et un peu de retard, que je partage cette très belle ascension de l'éperon Migot à l'aiguille du Chardonnet réalisée le samedi 6 octobre avec Aurélien. Pourtant, c'était pas gagné d'avance, à 3h du mat', alors que nous dormions (?), il pleuvait. Réveil à 4h, idem.
Alors du coup, on se recouche.
Re-réveil à 6h, on peut pas dire que ce soit grand beau mais on décide de se préparer tout de même : ça peut peut-être encore passer. On se prend encore quelques averses de pleige (comprendre pluie et neige mêlées) sur la tête pendant l'approche. Mais arrivés à la rimaye, malgré un regel moyen (ça en même temps, si vous avez suivi jusqu'ici, vous vous en doutiez un peu), l'envie est forte et nous nous décidons. Au bilan, une course magnifique qui me donne bien envie d'un autre demi.
Pour les photos, c'est par là...:)

Mont-Blanc de cet été

Cet été, nous avons organisé une semaine d'alpinisme avec des amis (Guillaume et Etienne) et mon frère Vincent. L'objectif était le Mont-Blanc. Nous avons donc commencé par passer 3 jours et 3 nuits au refuge Albert 1er, le temps que j'initie Guillaume et Etienne à la pratique, et Vincent à la conduite d'une cordée.
1er jour: on a vu les bases: marche sur glacier, piolet, progression encordés et nous avons fait en même temps une jolie balade; l'enchaînement de la Tête Blanche, par la pente nord s'il vous plaît avec le sommet de la Petite Fourche.
J2: mauvais temps, nous consacrons la matinée à quelques exercices d'arrêt dans la neige (école de neige improvisée) avant de rentrer nous réfugier à Albert, car dehors il ne fait vraiment pas beau.
J3: pour continuer "à se faire un peu la caisse", nous allons en direction de l'aiguille du Tour. Nous nous arrêtons 50 m sous le sommet car c'est l'embouteillage, pire que sur le périph' un jour de grève. Je préfère que nous descendions rapidement afin de bénéficier de 48h de repos dans la vallée avant d'aller vers notre objectif: le Mont-Blanc
J4: repos.
J5: on comptait dormir à Tête Rousse. Ce sera finalement les Cosmiques car le train du nid d'aigle est arrêté. On prend donc la benne de l'aiguille du Midi.
J6: itinéraire des 3 monts toujours aussi magnifique. Mais la redescente jusqu'au hameau de Bionnassay à pieds (1400 m d'altitude) est éprouvante pour tout le monde. Nous revenons juste avant la nuit, fatigués mais heureux :D
Billets plus anciens ...