Au comptoir

Où le barman se perd en digressions variées à qui se présente à lui ...


La montagne est-elle un sport ?

Des années que je m'interroge sur ce sujet.
J'ai commencé la montagne sous l'influence de grimpeurs pyrénéens, avec une identité propre (et une éthique non moins). Parmi eux, les frères Ravier font figures d'icônes vivantes. Sur la quatrième de couverture du livre de Jean-François Labourie et Rainier Munsch qui leur est consacré, on perçoit tout l'esprit Ravier en une formule : "absence totale d'entraînement, mépris de l'équipement, refus des modes : le génie des frères Ravier réside dans une conception très personnelle de la montagne, basée avant tout sur l'amitié". Tout semblait m'indiquer que la montagne était autre chose qu'un "sport".

Puis j'ai grandi. Commencé à travailler. Chez Décathlon en particulier, où la montagne est, forcément, un sport. Une valeur marchande, comme un poids d’haltérophilie. Alors je l'ai vendue... et j'ai eu la sensation de me vendre parfois en même temps. Etait-ce vraiment une activité physique comme une autre ? Y'a-t-il une différence entre "sport" et "activité physique" ? Intimement, je percevais que cela n'avait quasiment rien à voir. Que le sport était associé à une notion de compétition, qui oppose les hommes les uns aux autres alors que la montagne les rassemble dans un moment de vérité : la cordée.

Alors plutôt que de faire une longue dissertation, je vous laisse écouter cette conférence de Paul Ariès qui m'a bien aidé à clarifier ces idées depuis quelques jours. C'est long (plus d'une heure) mais passionnant ! Cela va bien au-delà de la notion de sport, puisqu'il intègre sa vision à une vision politique globale de la société.




NB: il y a deux vidéos supplémentaires #2 et #3 accessibles depuis celle-ci contenant notamment les questions du public.
Billets plus anciens ...