Au comptoir

Où le barman se perd en digressions variées à qui se présente à lui ...


Patrick ne nous a pas attendu

C'était en 1983, ou peut-être 1984. Mon père venait d'acheter un magnétoscope et revenait du vidéo-club avec deux cassettes VHS sous le bras. Sans que je le sache encore, elles allaient changer le cours de mon existence. On y voyait un type grimper, "à mains nues", des parois lisses et vertigineuses. Mes parents étaient certes subjugués par le spectacle mais le qualifiaient immédiatement de "fou", "d'inconscient", d'exemple à ne surtout pas suivre car c'était terriblement dangereux et ça ne valait pas le coup. Avec mon regard d'enfant, je ne voyais que la beauté du geste, l'excitation de l'activité à nulle autre pareille. Patrick, pendu au fil d'un surplomb, sur un seul bras, serein, indifférent au danger auquel il s'expose. Son but était de grimper, pas de se mettre en danger. Il avait sa vie au bout des doigts... Allez, on regarde le deuxième film. Ce coup-ci, c'était "n'importe quoi", selon mes parents toujours. Patrick grimpait ce coup-ci non seulement sans corde, mais pieds nus. Moi, je profitais de chaque image sur fond de musique classique. C'était "Opéra vertical".

La musique de "la vie au bout des doigts" s'est gravée dans ma mémoire d'enfant et ne m'a plus jamais quitté. En une seule projection. Pourtant, lorsque j'ai revu le film il y a quelques mois, j'ai du me rendre à l'évidence que la musique qui tourne dans ma tête depuis plus de 25 ans n'est pas exactement celle du film même si des assonances existences entre les deux. Les pièges de la mémoire ... Il m'a fallu attendre quatre ans pour découvrir, par moi-même, l'escalade, dans les Pyrénées. Et si je pense souvent à cette année 1987 comme celle de mes débuts, j'ai tout de suite "accroché" à l'activité, ce serait plus honnête de dire que c'était l'année où j'ai pu à mon tour commencer à vivre les rêves qui étaient nés de ces images, quatre ans plus tôt.

"Dieu, les Géants", les étoiles" ne meurent jamais. Mais ces qualificatifs ne s'appliquent que par métaphores à de grands hommes. La condition humaine induit la mort, inéluctable, quelque soit le moment où celle-ci surgit. Le caractère extra-ordinaire de l'escalade et de la montagne a provoqué une forte médiatisation des ces activités dans les années 80-90. Ses acteurs les plus talentueux ont donc été élevés au rang de mythes, dieux, et autres aphorismes inhumains. Certains s'y sont laissés enfermés, et y ont "laissé des plumes". Patrick ne nous a pas attendu. Il n'a pas voulu se laisser enfermer dans cette logique dangereuse et inhumaine. En éclaireur de l'activité - et même de conscience de l'activité - il  a choisi la distanciation face à ces dérives. Souhaitant demeuré l'homme qu'il s'est toujours ressenti, simple, passionné, fraternel avec ses proches. Plus récemment, il a pris conscience de la fragilité de sa condition humaine. Lui aussi pouvait avoir des fêlures, des faiblesses. A l'instar de quelques autres, il s'était engagé dans un témoignage vérité, que nous pourrons bientôt lire. Cette reconnaissance de nos faiblesses est, je crois, la pierre anguleuse d'une pratique plus libre et apaisée de nos activités verticales.

Patrick ne nous a pas attendu. Il voulait écrire de nouvelles pages, humaines, à son image. Il nous laisse malgré tout un formidable témoignage :
"Je souhaite à tous les êtres, quelle que soit leur activité, de la vivre pleinement en homme libre. Il faut prendre la vie avec humour et détachement. Il faut savoir rester humble, à l’écoute des autres et s’efforcer de les aider. Peu importe si l’on juge que le monde est peuplé de crétins et de cupides, il se peut que nous en fassions partie, d’où cette idée de penser aux autres et rendre la vie plus belle pour tous. Avec toute ma sympathie !"
Patrick Edlinger

Tout comme Steve Jobs, "Stay hungry, stay foolish", c'est la marque des grands hommes de savoir exprimer de grandes vérités en peu de mots. Je suis un profond crétin, trop souvent attaché et pas assez drôle ! Simplement, je souhaite aussi exprimer toute ma sympathie aux proches de Patrick, à ce "grimpeur de huit" que je n'ai pas eu le temps de connaître, qui vient du même coin que lui et qui était à peu près de la même génération. Sûrement le connaissait-il. Peut-être même qu'ils étaient copains. Les autres aussi, y compris ceux que les aléas de la vie avaient fini par séparer. Quand à sa fille, je formule le vœux qu'elle se souvienne de son père comme d'un Homme, simple, sensible. Un Artiste.




RIP Patrick.

Billets plus anciens ...