Au comptoir

Où le barman se perd en digressions variées à qui se présente à lui ...


Proxima estaciòn : un camino

Esperanza... super, j'ai du Manu Chao dans la tête pour les quatre prochains jours, Desaparecido poul êtle plous plécis. Viva España ! Et oui, j'ai toujours un accent de merde en espagnol.

Bientôt 4 ans que mon cousin, ami, et compagnon de cordée vit à Madrid. Bientôt 4 ans que je lui dit que je vais venir le voir. Bientôt 4 ans que régulièrement (environ 2 fois par an), c'est lui qui me rend visite dans les Alpes. Bref, je prends mes billets EasyJet (Lyon-Madrid, plutôt pratique) pas cher mais finalement si parce que c'est en plein dans les vacances scolaires. Tant pis, on va parier que ça vaudra de toute manière le coup.

Arrivée à Madrid, pas le temps de souffler. Juan nous a concocté (Julien, un de ses potes, est aussi de la partie) un programme aux oignons. Petits, ça reste à voir, mais on ne pleure pas encore.


Partie 1 : Los Galayos
Direction les environs de la superbe Université Juan Carlos - celle où étudie Juan, et aussi celle où ils ont reçu une infirmière Ebola - avec sa zone commerciale et industrielle, parfaite pour ravitailler avant l'échappée et pour se restaurer dans un établissement typique. Je vous passe la description du rade. En ces temps de clowns qui font peur, celui-ci a d'évidence tout pour semer la terreur...

On se rend donc à Los Galayos, massif granitique à environ 2h de caisse au sud-est de Madrid. Pour y aller, il faut viser le périph' M30 et choper l'autoroute A5 direction Badajoz. Pas de péage: ils sont comme ça les espagnols. Sortie 123 au niveau de Talavera de la Reina. Prendre la N-502 direction Ramacastañas puis Arenas de San Pedro. Traverser Guisando et aller se garer en bout de route au début du vallon.

A l'entrée du vallon


De là, on remonte un bon sentier (environ 900 m de dénivelée) qui suit le fond du vallon et s'élève progressivement jusqu'à 1985 m d'altitude au Refugio Victory. On est accueilli par le sympathique Samuel, gardien du refuge, grimpeur, comédien. qui se relaie là-haut jusque fin octobre avec son pote qui, dixit lui-même, est le meilleur grimpeur des deux, Sam ne grimpe "que" dans le 7.... (très espagnol ça aussi).
Dire que de mauvaises langues critiquent le confort des  refuges français... Pour les autres, sachez que Victory est rudimentaire: pas de sanitaire, dodo à même le sol (prévoir tapis de sol et sac de couchage). En revanche, c'est bon marché : 10 € la nuit et 15 € la demi-pension. Samuel pratique une cuisine simple mais bonne et avec des produits frais montés en portage presque quotidiennement. Mieux vaut donc penser à réserver en période d'ouverture, la capacité d'accueil n'excède pas 10-15 places...


Précisons que l'on y grimpe fin octobre en T-Shirt sur un granit, parfois mêlé de gneiss qui n'est pas sans rappeler les aiguilles rouges et celles de Cham', ampleur exceptée. L'escalade est belle à dominante fissure entièrement en terrain d'aventure. Pas de relais en place en général, sauf ceux des lignes de rappels. C'est un lieu féérique où l'on pourra avantageusement récupérer un peu de la saison de grimpe montagne qu'on a pas eu dans les savoies, la faute à un été bien pourri. En plus le soleil se couche encore à près de 20h30 ! Une aubaine, je vous dis.


A Los Galapeyos, point de tortues mais des aiguilles à manger à commencer par celle qui domine le refuge, j'ai nommé El Turron, mais si vous êtes un peu moins morfale que moi, vous la trouverez sous le nom d'El Torreòn dans les topos.
Le dimanche est donc consacré au parcours de cette aiguille par ses versants Sud (V+) puis Nord (V).



Ambiance tous les matins du monde au réveil

Le lendemain, j'ai concocté un petit enchaînement que je soumets avec force persuasion à mes acolytes.  D'abord le Pequeño Galayo par sa face visible du refuge (V/V+). Samuel nous propose une variante d'attaque en dalle puis escalade athlétique à la fois plus directe et esthétique. Ensuite, j'avais repéré la veille la possibilité de traverser à flan juste sous le sommet pour rejoindre un dièdre magnifique et élancé. Ce sera "gran diedro" (IV+) au Gran Galayo. Le retour se fait à pied depuis le sommet par du terrain à chamois.

Derrière mon casque, "gran diedro", une voie 5* dixit Samuel


Nous rentrons à Madrid le soir pour dormir chez Jean. Le pied de se retrouver dans une ville conviviale avec pas loin de 30°C dehors. Si si, c'est encore l'été et définitivement les vacances :) .

périples aux Galayos à l'exception de la face S du Torréon


Partie 2 - La Cabrera
Mardi, Julien se déclare en repos bien mérité. Il a la chance de rester une journée de plus dans son séjour. Moi, je me déclare toujours motivé. Jean me propose donc d'aller à La Cabrera, au nord de la capitale ibère. Il a repéré depuis un moment la Via Diedro de la deportiva à l'Agujas Sin Nombre. Les relais sont en place, autrement, n'oubliez pas vos amis !  Pour se rendre à La Cabrera, il faut compter une petite heure de voiture (sans trafic) par l'autoroute A1.


Nous sommes quelque peu pressé par le temps car Jean a un cours qu'il ne peut sécher à 15h00. Il nous faut donc grimper rapide... Je frise la correctionnelle en première longueur, dure à protéger sur les premiers mètres avec un rocher toujours à mis chemin entre gneiss et granit mais franchement mental concernant l'adhérence. Jean enchaîne la suite et on se retrouve juste à temps au sommet. On lui a indiqué de descendre à droite en 1 rappel : bonne idée à condition d'avoir la présence d'esprit (dois-je préciser que nous ne l'avons pas eu ?) de rallonger le relais pour éviter de coincer la corde... et une longueur bonus de remontée le long du rappel au ropeman pour mézigue !
 
On arrive vers 14h30 à l'universidad Juan Carlos. On a faim et mon serviteur me propose donc un gueuleton typique (pour de vrai ce coup-ci !) au "Musso des Ramones". Dans ma tête, j'imagine donc un truc rock mais quand même littéraire, branchouille citadin en clair... Mais il n'en est rien puisque ça s'écrit en réalité "museo del jamon", soit pour les billingues comme moi "le musée du jambon". J'en fait un beau, tiens. Mais c'est effectivement typique, une sorte d'équivalent de la brasserie parisienne couleur locale. Pour vous faire une idée, des tables de restaurant, un beau comptoir en zinc (on a mangé là compte tenu de notre timing serré) dans une salle haute de plafond dont les murs ressemblent à ça :

Parmi les spécialités, on ne peut manquer les célèbres tortillas et, compte tenu de la chaleur, le Tinto de Verano (mélange de vin rouge et de limonade), qui s'est révélé exquis.

Le soir, une petite tournée des bars et des quartiers animés de Madrid avec Julien, parfaitement remis, nous a merveilleusement conclu cette journée.


Partie 3 - La Pedriza
Il était une fois, Jean à son pote Fernando qui lui a fait découvrir el spot : "comment tu fais pour trouver le chemin dans ce dédale de blocs ?"
Fernando : "La Pedriza, es un camino"...

Nous voilà donc partis ce mercredi pour gravir El Yelmo (sur une musique de Mano Solo - El Mungo) ça envoie ! T'as déjà grimpé un dinosaure ? Le Stone Mountain d'Atlanta ? Non Plus ? Voilà la chance de pouvoir te venger.
Pour nous, c'est d'abord la Via Hermosilla dont le topo est disponible ici. On accède au site toujours moyennant une petite heure de voiture en direction du nord depuis la cité madrilène via les routes M607, M609 et M608 jusqu'à Manzanares El Real.
L'escalade se déroule ici sur un granit magnifique, compact, sans défaut, avec du grain, le rêve... même El Cap est en rocher pourri à côté à moins que le soleil n'est tapé trop fort et que je m'égarde, oui que je m'égare aussi. Par contre, c'est ni très haut, ni très raide. La vue sur la city de Madrid est chouette, de même que sur la prison régionale. Reste que ce coin est sauvage et possède ce je ne sais quoi de magique, à l'instar de la forêt de Fontainebleau avec laquelle il ne partage que ça car ni le rocher ni la végétation ne peut se comparer. La Pedriza, es un camino. Bienvenu dans un royaume de la dalle couchée en granit : déroutant de se retrouver à quatre pattes dans des pentes qu'on se verrait quasi skier l'hiver !

Jean nous remmène pour un 2ème run plus à droite. Première longueur avec pas plus de 7-8 points pour 45 m en 5c, chapeau l'artiste. La suite pique encore d'autant que l'on choisit malgré nous une variante en 6c : une colonnette unique, lisse, et rien d'autre. J'enchaîne tout juste en second, ouf !

Une très belle dernière journée d'escalade madrilène. Nous prenons soin de boire la bouteille de Tinto de Verano déposée au frais dans un ruisseau en début de journée, juste avant d'atteindre El Yelmo. On peut alors redescendre sereins.

"La Pedriza, es un camino"  -  El Yelmo

Dernière soirée madrilène avec une autre boisson typique (oui, mais d'où ? oui mais doux !), un mojito sur la terrasse d'un bar et surtout, toujours cet air plein de douceur. Merci les amis pour ces bonnes vacances.


Epilogue
Jeudi, déjà le voyage retour. Comme un cadeau, je suis placé idéalement dans l'avion pour revoir et saluer juste après le décollage la Cabrera, El Yelmo. Une heure de vol plus tard, je survole les montagnes de mon enfance: la vallée d'Aspe, dont je distingue toutes les montagnes malgré nos 10 000 m d'altitude, mêmes les aiguilles d'Ansabère qui m'échappent encore. Patience. La vida, es un camino.

Une énorme admiration

Vendredi, en fin de journée, je suis en route pour une petite soirée entre amis à Annecy. Sur la route, maintenant que j'ai un kit mains libres, je cherche à joindre mes amis rochois Thomas et Annelise. Thomas ne répond pas. Annelise décroche.
- Salut Annelise, comment ça va ?... la discussion classique : on prend des nouvelles les uns des autres.
- Mais au fait, Thomas va toujours courir la CCC* ?
- Oui il est parti ce matin à 10h même ! Il devrait arriver demain matin vers 6h.
Moi qui croyait que la course démarrait le soir...

La vache, je pensais déjà vaguement un peu à tous ces coureurs depuis la veille : la météo avait en effet décidé de tourner à l'hiver juste à ce moment-là et je me disais que ça ne devait pas être très drôle de courir sous le vent, la neige et/ou la pluie avec des températures ressenties plutôt en dessous de 0°C.
A présent je pense carrément à Thomas donc... qu'est-ce qu'il doit supporter par un temps pareil. C'est fou comme la connaissance d'une personne peut rapprocher d'un évènement.

Ma soirée se passe de manière bien agréable, un bon resto et un bar sympa-qui-pait-pas-de-mine-mais-qui-a-de-la-bonne-zic le tout bien entouré. Coup d'œil à mon téléphone (une maladie moderne) : minuit et demie. Oui mais je n'ai pas de montre et c'était pour voir l'heure (une autre maladie moderne). Un texto d'Annelise : "en fait il devrait arriver vers 2-3h, il est à Vallorcine".

Alleïn ! Ce coup-ci, j'ai plus de temps. A ce rythme je vais le rater à l'arrivée. Je prends congé de tout le monde et me voici sur la route de Cham' dès 0h50. Arrivé à deux heures moins dix, ça me laisse gentiment dix minutes de marge sur l'horaire le plus optimiste qu'Annelise m'a donné. En plus, elle m'a envoyé, aussi gentiment, son numéro de dossard.

Je traverse Chamonix à pied, sous la pluie et passe par la rue des moulins. Elle n'a pas changé depuis ma dernière visite : la même pluie, la même population. Moins de monde toute de même, c'était alors un sacré voyage ethnologique, la fête de la musique. Imaginez un peu. Une ruelle piétonne d'à peine 150 mètres au doigt mouillé. De part et d'autre, que des bars bondés remplis par tranches d'âge. Côté centre ville, Justin Bieber (ou juste une bibière, ça marche aussi) et sa cohorte de pré-ados, vers l'extérieur, les ex-pré-retraités qui veulent faire comme les jeunes, déjà nettement moins nombreux. Entre les deux, chaque décade à son rade. Dans tout les bistrots, la même musique techno, zéro live ! Peut-être les musiciens en ont-ils marre de dézinguer leurs instruments sous la flotte pour une bande de pochetrons.

Pour cette nuit d'ultra-trail donc, pas de musique techno mais les mêmes soulards sortant vidanger contre les murs des contre-ruelles (imaginez la taille...) leur trop-plein de bière : heureusement que la ligue 1 de foot ne joue pas à 3 h du mat' ! D'autres ressortent en zigzag : "si je la revoie cette p..." la bienséance m'interdit ici de poursuivre cette citation d'un jeune homme éructant d'un trop plein de poésie. En réalité, la vie nocturne usuelle d'une station touristique classique. Pourtant, à quelques dizaines de mètres. De curieuses bêtes s'agitent, loupiote sur la tête : elles courent ! Et, croyez-le ou non, elles ont un public. Nombreux. Qui se compte en centaines de personnes. Il est quand même plus de deux heures du matin !! Cette juxtaposition de deux mondes, à cet heure, par ce temps, est à peu près aussi improbable que de croiser Lady Gaga sur un chemin de randonnée en pleine journée. Il y a là un véritable oxymore social.

"Aussi more", ça sonne comme une devise pour la course (des courses ! Il y en 4 différentes au total...) où chacun cherche toujours plus loin ses limites intérieures plutôt que les limites de ses adversaires. Occis morts, c'est comme ça qu'ils arrivent aussi (quand ils arrivent !) pour la plupart. Hagards, boiteux, déambulant, n'ayant plus la force de réfléchir pour comprendre comment rentrer chez eux. Je m'approche d'une tente information "peut-on connaître la position d'un coureur " ? Pas de problème, on me donne son heure de départ de Vallorcine et son heure estimée d'arrivée. Finalement, j'ai de la marge. Je vais dormir une demie heure. C'est toujours ça de pris. Réveil-matin, 2h55. Ce coup-ci, je dois me poster sur le bord du parcours.

Thomas courant les dernières dizaines de mètres

 Faible lumière, fatigue, monde : je risque de ne pas le voir arriver. Je remonte donc la file du parcours jusque 500 m environ avant l'arrivée et m'abrite vaguement sous l'enseigne d'une agence immobilière : tarifs, les consulter, j'ai eu le temps de voir ! Je scrute les coureurs, essaie d'encourager ceux qui ont l'air le plus affaibli, mais quand même sans crier, y'en a qui dorment à cette heure ! D'abord le visage, s'il me semble familier, puis le dossard, s'il est encore lisible. Un peu plus de 3h30 :
- Salut Thomas dis-je avec le sourire de celui qui voit arriver son libérateur d'une morne pluie qui rappellerait une morne plaine (l'horreur absolue du montagnard que je suis)
- Ah... euh, salut ?! Mais qu'est-ce que tu fais là ?
J'ai tellement bien réussi mon effet de surprise que je l'ai carrément déconcentré. Le voilà arrêté sans plus courir à me serrer la pince. Il faut que je réagisse vite :
- non mais t'arrête pas !
Je commence alors à courir à ses côtés et lui raconter mes échanges avec "sa chérie". Dernière boucle. Je coupe pour pouvoir le prendre en photo avec mon téléphone. Il est arrivé. Je ne sais pas trop ce qu'il peut ressentir à ce moment-là. Mais je ressens une émotion extraordinaire, une admiration sans limite pour ce qu'il vient de réaliser. Bien que parfaitement inculte, je trouve aussi son temps fantastique : 17h40. Quand je pense qu'il s'est mis à courir seulement un an auparavant ... "On va boire un coup ?" me dit-il. Mais c'est qu'il a l'air encore frais en plus.

Thomas, juste après l'arrivée, "finisher", en français ça ferait finissant, c'est vrai que ça le fait moins !

On rentre dans le café qui borde l'arrivée. Ici, pas d'ambiance de soulards. Seuls des sportifs éreintés et leurs équipes de soutien. Je crois que j'ai trouvé mon rôle, même s'il est totalement improvisé. Je commande un chocolat et un café, croise une collègue du lycée mais préfère rester "auprès" de Thomas. Je le sens se relâcher, et pour dire les choses franchement, décliner également. Il trouve le chocolat trop sucré. Pas forcément étonnant. C'est dur de manger ou boire après un tel effort. Il commande une bière ! Je commence à m'interroger : soit mon pote est un surhomme, soit je vais avoir des surprises. Elles ne tardent pas. On s'en va. Tiens, je n'avais pas remarqué qu'il boitait en entrant dans le café. Les quelques centaines de mètres pour aller à la voiture sont durs. Une fois installé, il se propose de reprendre sa voiture et rentrer chez lui tout seul !
Ça sent la perte de lucidité. Comment l'amener à une décision raisonnable ? Je tente mon va-tout. "Oh, t'es bien dans ma voiture et j'ai râté le virage pour aller récupérer la tienne". Il ne s'oppose pas. Ouf !

Je le ramène donc à la maison pour le début de sa récup'. Bain chaud, draps et vêtements propres. Une base toute simple mais dont je devine les bienfaits : le lendemain, malgré une courte nuit, il est de nouveau capable de manger, et ce coup-ci de reprendre sa voiture pour rentrer chez lui. Fin de l'histoire. A l'attention de "Thotho", un seul mot : BRAVO !


Vue sur la pointe percée le lendemain : il n'a pas fait semblant de neiger dès la moyenne montagne !


* Courmayeur-Champex-Chamonix : cette course à pied longue distance (on parle de trail, voire d'ultratrail en l'occurrence) fait partie du pool de courses proposés dans le cadre de l'Ultra-Trail du Mont-Blanc. La CCC se déroule dans 3 pays, fait 90 à 100 km en fonction des années, et 5500 à 6000 m de dénivelée positive.

La Haute ô Route: le topo !

Alors c'est très simple puisque par définition, une autoroute, c'est tout droit ! La Haute ô Route n'échappe guère à cette règle, enfin presque...

1er jour :
 Suivre la queue au guichet du téléphérique d'Argentière. Si vous trouvez une connaissance 50 places devant, c'est le moment d'aller lui taper la causette :-p ; puis la queue au téléphérique. Une fois en haut (compter une heure au moins depuis l'arrêt de la voiture), souvenez-vous que vous ne restez pas sur la piste. Passez donc sous le cordeau et suivez à nouveau la foule : tout droit en bas (en évitant les crevasses quand même) sur le plateau du glacier d'Argentière.
Et là, faut faire super attention ! On contourne par la gauche - oui c'est pas tout à fait tout droit faites gaffe hein - et monter (tout droit) au col du Chardonnet. Autre méthode depuis le glacier d'Argentière : faire une statistique de fréquentation des randonneurs sur le bassin et prendre le plus fréquenté (faut être un peu plus joueur).
Au col, prévoir de quoi faire 30-40 m de rappel pour aller plus vite (30 m à 50° souvent goulotté par les passages). Rester sur la grosse trace qui serre à gauche en coutournant les contreforts du Chardonnet et de la petite Fourche. Puis gravir la fenêtre de Saleinaz. De là, se diriger (tout droit !) vers le refuge de Trient.


2ème jour :
Lever à 5h (comme tout les jours suivants). Bon ca tourne de nouveau un peu mais comme on est pas tout seul, ca descend bien. Attention, nouveau piège, il y a plusieurs variantes d'itinéraires sur la Haute Route depuis Trient. Veiller donc à ne pas suivre quelque randonneur au hasard... au risque de vous retrouver pendant deux jours à squatter des refuges non réservés à l'avance (les gardiens, à juste raison, n'aiment pas ça en général -> cf mon billet la buenaventura) et surtout avec quelques milliers de mètres de dénivelée positive supplémentaire à se coltiner. Bref, c'est vraiment pas une bonne idée le hasard :)

Une fois en bas à Champex en Suisse, il faut faire un transfert motorisé jusqu'à Bourg-Saint-Pierre. Plusieurs solutions, l'idéal est d'avoir vu à l'avance, au minimum avec le gardien du refuge de Trient la veille, quel transport. Soit par Bus, à déconseiller si la journée est annoncée douce à chaude dans le bulletin météo car cela fait partir de Bourg-Saint-Pierre à 12h environ soit tard et en plein cagnard ! Soit par taxi, c'est quasiment le même prix si on mutualise bien avec d'autres randonneurs.

Autre remarque utile: méfiez-vous quand vous appelez pour réserver les refuges avant de partir des réponses du type: "nous on est complet mais il y en a un autre pas loin". Méfiez-vous de ce "pas loin" qui veut plutôt dire en général "pas tout prêt quand même". Donc si vous avez de la place, dormez à Valsorey, sinon, dormez "pas loin" à la cabane du Vélan, fort sympathique au demeurant.



3ème jour: montez tout quoi ?
Bah oui, tout droit. Puis avec une rigueur militaire TOURNEEEZ DROITE ! (90°). Passez le col du plateau du couloir. Puis descendez toujours tout droit ou presque pour rejoindre la cabane de Chanrion (on vous laisse retrouver les quelques virages qui vont bien dans l'itinéraire pour ne pas sauter qui un sérac, qui une barre rocheuse :) ).

Juste après le virage à droite ...

4è jour : montez ... (je vous laisse compléter) jusqu'à la Pigne d'Arolla pour admirer la plus belle vue du parcours. Puis tourner à droite pour rejoindre la Cabane des Vignettes.

5è jour : laissez tomber cette règle stupide du tout droit (en espérant que vous l'avez fait bien avant sinon oh oh problème oops). En plus, il y a des autoroutes qui tournent aussi alors vraiment n'importe quoi pfff. Dans un clin d'œil au 1er jour, franchir de nouveau 3 cols pour rejoindre les contreforts du Cervin (impressionnant) puis Zermatt.

Comme la Suisse est un pays bien fait, vous pourrez prendre le train à Zermatt pour Visp. Correspondance pour Martigny. Correspondance pour Vallorcine-Le Châtelard. Correspondance pour Chamonix là où il fallait retourner. CQFD

A bientôt pour un topo encore plus mieux fait !

La Haute ô Route : la buenaventura !

Mais sans Youri. Parce qu'il a beau avoir écrit "Ne me quittes pas", il nous les brise un peu.
Donc voici le récit.

La Haute  Route, c'est une entreprise de long terme qui se réfléchit mûrement, se prépare à l'avance. C'est simple, le petit topo que j'ai acheté chez mon libraire doit faire 50 pages dont 20 consacrés à l'itinéraire que nous avons suivi. Autant dire qu'il était tellement précis que l'on pouvait lire "au troisième sapin, tourner à droite puis, continuer tout droit, jusqu'au sommet". A se demander si les GPS ne se sont pas mis aussi à écrire...
Bref, vendredi soir, je vois que la météo est belle pour la semaine. Cousin Jean (rien à voir avec Petit Jean car il est grand, ne boit pas de bière ou si peu) vient pour la semaine, c'est parfait. Samedi matin, j'achète chez mon libraire préféré (qui a toujours plein de topos de montagne) le topo de la haute route, j'appelle les refuges et tout va bien, ou pas. En fait, il en manque deux. Bon pour le 1er (c'est-à-dire celui du 2ème soir), il me dit d'aller chez son voisin d'en face "qui est pas loin". Et pour le second (le 3ème soir, vous suivez ?), il m'indique un bivouac "un peu plus loin"...

OK, tout va bien, c'est parti. Pour le détail de l'itinéraire, je vous renvoie au billet "la Haute ô Route: le topo". Bref le 1er jour, on manque à 200 m d'être dans le brouillard mais tout va bien, on a vu, et donc vaincu !
2ème jour, départ dans une brume épaisse, mais avec un peu d'erreur volontaire (pas pour se planter, c'est une méthode d'orientation les bananes, oui, oui, vous là, les lecteurs :-p). Puis on est en dessous et le soleil est de plus en plus généreux. La remontée au refuge suivant est la pire de la semaine : on a pourtant pas traîné pour éviter de se taper le cagnard mais la neige n'a pas regelé depuis plusieurs jours. Du coup, on monte dans un manteau pourri dans lequel il n'est pas rare d'enfoncer et planter les skis sur la longueur de nos jambes : physique, et grosse interrogation pour la suite. Bref, 2h30 de montée pour à peine 500 m de dénivelée. Le calvaire se termine heureusement pas trop tard: 13h30. On se remet donc au refuge en réalisant l'étape qui nous attend le lendemain. En fin de journée, le ciel s'est franchement couvert et il se met à neiger un poil !? Elle disait quoi déjà la météo avant de partir ? Le doute se renforce...

Le lendemain, 3ème jour, le ciel est couvert et on est dans le brouillard mais comme on commence par descendre, on sort du brouillard. La neige est heureusement moins pire que la veille même si encore un peu pourri. On remonte en face. Le plafond s'élève et se désagrège au fur et à mesure de notre montée. On passe donc le plateau du couloir dans un superbe soleil... qui ne dure pas. Le temps d'aller chausser en haut du glacier du Mont Durand, on a déjà de nouveau un peu de brouillard. On ne traîne pas pour rester orienté. Et on repasse en dessous. On est maintenant sûrs de ne plus faire demi-tour ou d'arrêter avant la fin ! Arrivée au refuge (cf billet le Topo.).
4ème et 5ème jours : enfin du grand beau stable et les journées se déroulent sans encombre.

L'arrivée sur Zermatt est même trop rapide : on aurait bien vu une journée plus chargée, et  puis on aurait bien fait un jour ou 2 de plus, c'est qu'on commençait à avoir la caisse. Bref, on retournera faire des raids, sans doute aussi en tentant autre chose : plus d'autonomie (refuges non gardés ou bivouacs ?), plus sauvages ? Peut-être..

Selamat Datang

Le voyage en indonesie est fantastique. Carole et moi avons hate de vous raconter tout ca :))
Billets plus anciens ...