Au comptoir

Où le barman se perd en digressions variées à qui se présente à lui ...


Dis Papa, pourquoi tu grimpes ?

_ Toute ressemblance avec une course récente serait purement fortuite _

"Alors, vous êtes finalement rentrés ?" Ainsi s'exprime Raoul, gardien du refuge du Sélé nous voyant arriver à la tombée de la nuit après avoir gravi la voie Livanos à l'aiguille de Sialouze. "Bah oui" répondis-je, "c'est que nous avons pris notre temps. Regarder les fleurs, les chamois et les marmottes, ça prend du temps". Bon j'ai peut-être un peu brodé sur les marmottes mais il n'est pas sensé savoir ! Et puis on en a entendu tout de même alors ça vaut bien… Je sens que l'excuse n'est pas encore assez poussée, faut en rajouter à fond: je lui explique alors qu'on était chacun tellement bien élevés qu'on a passé notre temps à se donner la politesse pour grimper: "vas-y, c'est ton tour", "non après toi j'insiste, la longueur est trop belle pour moi", "je n'en ferai rien, tu la mérites tellement". Et merde, ça y est, c'est too much et ça se voit. Raoul et son collègues sont hilares...

Plus aucune crédibilité. Pourtant ça s'est presque passé comme ça. Et puis ils ont beau jeu de rire, on était six au refuge d'abord ! L'avocat de Raoul dit qu'il ne voit pas le rapport. C'est pourtant simple : comme il n'y a plus grand monde, on applique la veille maxime "rien ne sert de courir, il faut partir à point". Il n'a pas complètement tort. L'aiguille de Sialouze est un sommet de "proximité", seulement deux heures d'approche, et dont la face ne prend pas le soleil avant 11h. Reste qu'en se réveillant à 7h, le topo donnant 5 à 7h d'escalade, il devient compliqué d'espérer être de retour avant 20 h au refuge.

"Oui enfin on a grimpé quand-même. C'est un peu mesquin tes calculs horaires là". Ah ! Oui c'est ça, une nouvelle voie dans l'oreillette de mon blog (pour ceux qui n'ont n'en ont pas encore, c'est normal, c'est un prototype nouveau qui vient de sortir, ça vient des States, soyez pas jaloux), la voix donc de Laura, ma partenaire de cordée sur la course. "Oui ? hum.. ah, ok !". Oui, pour expliquer aux lecteurs, Laura est un peu la princesse Altani du Quatar version montagne, elle parle français mais elle parle pas à toi (faut avoir suivi un peu les guignols pour la choper cette vanne pourrie-là) ! Donc Laura me dit que … "hein quoi ?" Non je n'avouerai jamais ça. Il y a des choses qui doivent rester dans la confidence de la cordée. Pas question. "Si c'est pas moi qui le dit c'est toi ?" Je vois le genre. Du chantage maintenant, c'est pas joli joli tout ça.

Alors. 3-4. "♪ ♫ Lolita nie en bloc…Pierre! non, pas toi. caillou !… aïe hibou, genou, chou" ok c'est bon on arrête tout, elle est complètement con cette chanson. Oui je sors ! Mais je fais comment pour raconter la suite ? Bon je re-rentre. Ok, ok, je vais le dire puisqu'il faut tout balancer. Donc oui Laura s'est trompé à l'attaque de la voie et du coup on est passé à droite des 2 premières longeurs… "Quoi encore ? C'est moi qui a attaqué la voie ?" Bon donc oui : je ME suis trompé (mumfh - n'empêche que c'est toi qui était devant à l'approche - j'l'aipasdit) alors on a perdu quelques minutes-là.

Et puis j'ai régulièrement perdu quelques minutes à regarder le topo. Et encore une bonne dizaine à l'attaque du 5+ expo de la 4ème longueur. Ça, c'était le crux mental de la voie. On part au dessus d'une vire. Il y a des prises mais aucune fissure et aucun piton sur 10 ou 15 mètres. Bref, il faut engager, rester concentré et être bien dans sa tête… Prendre le temps de lire le meilleur passage aussi.
Mais, dans le fond, la météo était belle ce jour-là, l'ambiance tout autant. Alors pourquoi jouer un chronomètre qui n'est dès lors plus qu'un contresens au plaisir d'être en montagne. En cordée à deux, on ne se voit que le temps de se passer le matériel aux relais. Autant dire que la course prend aussi une dimension de voyage intérieur. Les songes grandissent aux relais, pendant l'assurage et les manips. Caressé par la chaleur du soleil, on peut s'y adonner, paisiblement...






- Dis Papa, pourquoi tu grimpes ?
La gamine avait bien grandi ces dernières années. A six ans, elle avait déjà le regard d'une personnalité décidée. Et elle avait posé cette question à son père avec autant de commandement que d'ingénuité, en vissant son regard noisette pétillant de malice dans les yeux de son père. Concernant ce dernier, cela faisait vingt ans qu'il arpentait toutes les parois qui se présentaient à lui sans se poser la question - se l'était-il jamais posé ? Un instant, la réponse de Mallory lui revint en mémoire - "parce qu'elle est là" - parce que la montagne existe. Mais il savait que cette réponse ne conviendrait pas à sa fille. Alors il lui dit ceci :
- Tu vois, la vie c'est une aventure, tu ne sais jamais ce qu'il va se passer dans le futur, même si tu prévois des choses. Et grimper, c'est une grande aventure. Donc pour moi, c'est vivre complètement. Tu prévois une sortie sur une montagne mais tu ne sais pas comment elle va être. Comment tu vas te sentir face à elle, et comment ça va se passer avec ton partenaire de cordée. C'est la boîte de chocolats de Forrest Gump. Je te ferai voir le film un jour :-). Et surtout, comme c'est parfois difficile d'escalader, tu es obligé d'être sincère avec toi et avec ton partenaire. Du coup, tu vis de bons moments qui n'existent pas forcément dans le monde d'en-bas. Là où tu peux te cacher sans dévoiler qui tu es vraiment.
- Comme quoi par exemple ? dit la petite fille.
- Et bien c'est comme cela que j'ai rencontré ta maman par exemple. Et c'est comme ça que tu es née.
- Ah oui c'est bien ça alors.
- N'est-ce pas hein ? C'était une belle journée d'été sur une belle paroi. Tu vois, grimper, c'est tout ça. C'est de bons moments, de belles recentres. Certaines qui durent le temps d'une escalade, d'autres beaucoup plus. Mais toujours avec un plaisir partagé.




Laura arrive de nouveau au relais. Je quitte mes songes pour les manips d'usage. Peut-être était-ce un peu son histoire. Après tout, ses parents sont de bons grimpeurs. Cela était assez plausible. L'histoire ne le dit pas. Je songe encore : peut-être que ce sera un jour mon histoire, il paraît que j'ai encore plein de temps pour que ça m'arrive…
Ce n'est un qu'un songe. Songe d'une journée d'été. Une belle journée d'escalade sur un beau rocher.




----

NB : si Raoul venait à lire ce post, je lui transmets une petite dédicace musicale "Raoul mon pitbull" - c'est la moindre des choses pour un gardien si mélomane (qui m'a fait découvrir Girls in Hawaï), un autre songe qui m'a bercé pour m'endormir au refuge



NB2 : les photos de la sortie sont, comme toujours, à l'endroit habituel.

La peur du vide

Il fait sombre, il y a du vent qui siffle. Je m'accroche à la paroi, ne doit plus être très loin du sommet. On a déjà monté au moins 300 m. Mais je sens moins bien mes muscles. je tétanise un peu, en train de charger mes pieds comme un fou pour qu'ils tiennent sur cette bête dalle toute lisse. Mes bras aussi sont à rude épreuve. En semi-traction, tout ce qu'il ne faut pas faire pour les garder frais. Mais je n'ai pas le choix. Si je les ferme, mes pieds n'adhèrent plus, si je les tends pour les reposer, j'ai le poids du corps avec mon gros sac qui m'attire irrémédiablement vers le vide alors que, comme ça, mon centre de gravité tient sur les pieds.

C'est dur. Il faut que j'arrive à traverser à droite vers ce dièdre. Cela fait un bon quart d'heure que je n'entends plus mon assureur. Il faut dire qu'il doit être bien 40 m plus bas, derrière un bombé. A-t-il aussi froid que moi ? Sûrement plus, lui ses muscles sont globalement au repos. Et le bruit de ce vent qui n'en finit pas. Quelle heure est-il pour qu'il fasse aussi sombre ? Je me sens mal. Où est passé le plaisir de grimper du début de la voie ? Cette ambiance m'opprime. La peur m'envahit. Qu'est-ce qu'on est loin du sol, on ne le voit plus depuis longtemps. Il y avait du brouillard avant que la nuit ne tombe ?

Le dièdre me semble de plus en plus inaccessible. Et il a l'air encore plus dur que ce pas dont je n'arrive pas à me sortir. Où est passé le dernier point que j'ai posé déjà ? Je ne le vois pas. Peut-être dix mètres plus bas. Putain 20 m de plomb. J'ai pas envie, j'ai envie de pleurer. Ca ne va pas le faire. Mes muscles se raidissent. Mes doigts se crispent sur ces gratons que je tiens depuis vingt bonnes minutes. Ils serrent de plus en plus fort jusqu'à... jusqu'à quoi ? Ma main droite serre, s'agrippe, elle tient une prise verticale. Elle est bonne ! Elle tient de plus en plus fort, tandis que le reste de mon corps se déséquilibre de plus en plus, je vais tomber, non. Ma main tient vraiment bien. Une très bonne prise, elle est toute douce et chaude. Bienveillante. Elle est en bois ! La paroi bascule, ce coup-ci je vais vraiment tomber, tout mes muscles se raidissent encore plus. Mais cette prise en bois, elle est travaillée. C'est de la menuiserie. Mais alors ? Je me réveille, je suis dans mon lit. Il me faut encore trente secondes avant que mon cerveau ne se rebranche correctement sur mon oreille interne. Pas de doute, je ne suis pas tombé. Tout va bien. Mais tout de même, c'est fatiguant de dormir.


Note: Inception, un film à voir.

whou whou, en hommage à Cannelle

"Whou whou, Je vais à la chasse à l'ours". Ainsi démarrait un chant scout quand j'étais gamin. Mais laissez-moi vous raconter une histoire, que vous êtes libre de croire ou pas mais donc on dit qu'elle est effectivement arrivée à la fin du siècle dernier (le 20è donc) :

Un jeune randonneur, hardi mais pas trop, accompagnait une tribu familiale pour une ballade avec bivouac dans les Pyrénées. Il servait de porteur pour la lourde logistique nécessaire pour faire camper des enfants âgés de 5 à 10 ans. Le soir venu, la tente fût montée, le repas pris et tout le monde couché.
Notre randonneur décida de dormir à la belle étoile car il y avait plus de place que dans la tente, il ne faisait pas froid et le ciel était clair. Comme il était hardi, il posa son sac de couchage sur une dalle rocheuse à même le pâturage. Mais comme il ne l'était pas trop, il se plaça non loin des tentes des autres randonneurs.

Le campement était situé à quelques dizaines de mètres d'une bergerie. Ces dernières sont assez nombreuses dans les estives pyrénéennes. Elles comportent une cabane pour le berger, un enclos pour rassembler les bêtes durant la nuit et un point d'eau généralement un tuyau alimenté par une source proche. Ainsi installé, il se mit à contempler la voûte céleste, particulièrement lumineuse ce soir-là. En effet, la lune était pleine ou quasiment, le temps sec, sans brume.

Au loin, l'aboiement d'un chien de berger chatouillait ses oreilles. Il se disait confortablement installé, fatigué de son portage et donc tout prêt à dormir. Pourtant, le sommeil ne venait pas. La faute à cette trop belle lune sans doute. Tout compte fait, dormir dans la tente aurait peut-être été plus efficace malgré la promiscuité. Il était trop tard pour aller réveiller les autres de toute manière. Et le chien qui n'arrête pas d'aboyer tout en bas. A moins... non ce n'est pas le même chien. L'aboiement est plus fort. C'est celui de la bergerie du dessus, c'est-à-dire la bergerie d'avant celle du campement. Intérieurement, le jeune randonneur n'arrivait pas à ralentir le rythme de ses pensées afin de trouver le sommeil. Il se dit: "c'est peut-être un ours qui rôde autour des parcs à moutons". Il avait eu cette pensée en riant intérieurement tant l'ours était dur à observer dans les Pyrénées. Chassé depuis des siècles, il en avait quasiment disparu. Seuls subsistaient quelques individus, moins de cinq. Ils vivaient donc essentiellement la nuit, fuyant les contacts avec les hommes.
Pourtant, cette pensée, qu'il croyait humoristique, n'arrivait pas à quitter notre jeune randonneur. Il faut dire qu'il avait entendu successivement deux chiens de deux bergeries pendant de longs moments à chaque fois: ils défendaient manifestement leur troupeau. Mais à présent, le calme était revenu. Peut-être allait-il enfin pouvoir s'endormir. Combien de temps s'était écoulé d'ailleurs. Deux heures ? Plus ? Longtemps en tout cas. La lune passa derrière une crête et rapidement, l'estive fut plongée dans l'obscurité. Allait-il enfin s'endormir ?
C'était sans compter sur le chien de la bergerie du campement qui montra à son tour des signes d'énervement. Il l'entendit aboyer de plus en plus. Puis courir à travers la prairie décrivant des cercles. Désormais, c'est notre bergerie qui était menacée par la force de l'ombre qui avait sévi plus tôt dans les autres situées en contrebas. Le jeune fut pris d'une petite sueur froide: "et si c'était vraiment un ours ?" Il dormait là, à même le sol, saucissonné dans son sac de couchage, sans même avoir pris soin de dormir en hauteur, sur un bloc rocheux. A la merci y compris d'un bête sanglier. Le chien continuait ses rondes inquiétantes, actives, bruyantes.
Soudain, un grognement sourd, fort, puissant se fît entendre. Dans l'esprit du jeune, il n'y eu plus de doute possible, un ours était tout prêt, sans doute moins de cinq cents mètres. Il entendit un galop de pas lourds, saccadés, avec le chien plus aux aboies que jamais. Il avait maintenant franchement peur et n'osait plus bouger. A peine essaya-t-il de pivoter légèrement la tête pour voir s'il apercevait quelque chose, sans faire de bruit. Mais il faisait trop sombre pour espérer voir quelque chose sans sortir vraiment de son sac de couchage.
Petit à petit, le chien se calma. Le jeune randonneur, lui, n'y arrivait plus. Il en était convaincu. L'ours était passé pas loin cette nuit. Si seulement il avait pu le voir, le doute n'aurait plus été permis. Car au petit matin, le berger prétendit n'avoir rien entendu. Toute cette histoire n'était-elle qu'un rêve ? Non, car il n'avait pas dormi, ça il en était sûr car il s'endormait à présent sur son petit déjeuner avant commencer à marcher. Une nouvelle journée débute, dans les Pyrénées.




En hommage à Cannelle ...

La dent de la persévérance

Déjà, il avait grimpé trente mètres. Tantôt neige, tantôt glace, la goulotte s'étire de son trait de gel dans la montagne forcément froide, naturellement encaissée, et donc un peu austère. Paul n'y était pour rien. Il avait surmonté quelques pas difficiles mais jamais trop continus et toujours bien protégés, ici par une broche à glace qui avait "bien carotté", là par un bon "friend", le coinceur qui est l'ami des grimpeurs car il se place facilement.

Arrive ce que l'on appelle le crux. Autrement dit, le passage clé. il s'engage dans un raid mur de glace bien vertical et soutenu. Il doit bien faire quinze mètres. Il ancre ses piolets, tape ses crampons bien haut puis pousse sur ses jambes et tracte d'un bras pour, de l'autre aller chercher à ancrer de nouveau le plus haut possible pour gagner rapidement du terrain et éviter au maximum de se mettre dans le rouge en traînant un peu trop. Déjà trois mètres de gagné, la glace ne semble pas épaisse. De fait, il est sur un placage, bien collé à la paroi mais de cinq centimètres de glace... il ne le sait pas encore et sort une broche courte (dix centimètres) dicté par son instinct et la couleur du matériau. Patiemment, il amorce un demi-tour, puis un tour et demi. Enfin, il peut visser la broche et se dépêche de le faire, ses mollets et son bras suspendu au piolet commence à chauffer sérieusement.
Soudain, la broche s'arrête dans un crissement désagréable: elle touche le rocher alors qu'elle n'est pas rentrée de moitié. "Pas de point d'assurance psychologique" disent les vieux grimpeurs. "C'est encore plus dangereux que de grimper sans poser de point". Il n'a pas le choix, il retire donc sa broche en jetant un coup d'œil alentours: le rocher est trop pourri pour un coinceur, reste l'hypothèse de la glace plus épaisse dans une autre zone. Cette hypothèse étant peu crédible, il se remet à grimper. Il est maintenant six mètres au dessus du début du ressaut, et dix mètres au dessus de son dernier point.
Le plaisir de grimper a laissé place à l'anxiété. Pour l'instant, ses muscles sont fatigués et peu contracturés mais ils répondent bien. La faute deviendrait ici éliminatoire. Rester concentré, ne pas penser à la chute, encore moins à ses conséquences.
Il tape son piolet gauche. Pour aller plus vite, il commence dans le même temps à désancrer le droit. Il ne lui reste que trois mètres pour sortir et la fatigue va bientôt relâcher ses muscles sans qu'il ne puisse plus les contrôler. Le piolet gauche fait un bruit métallique! Ce coup-ci, ce n'est plus de l'anxiété mais de l'effroi. Il tient déjà son piolet droit dans la main. L'effroi entraîne la crispation et celle-ci la déconcentration. Il n'a plus vu la pose approximative de ses pieds qui, d'un coup, ripent dans le vide. "Ce coup-ci mon petit père, t'es parti pour t'en taper une bonne" pense-t-il en imaginant déjà l'hélico qui au moins, aura le mérite de le mettre au chaud bien plus vite que la prévision horaire qu'il aurait établi il y a seulement un quart d'heure.
Il est pendu d'une main dans le vide ! Retenu seulement par les deux premières dents de la lame de son piolet gauche. Il fait moins dix degré mais de grosses gouttes de sueur coulent depuis son front et viennent lui piquer les yeux. Il reconnaît cette sueur. C'est celle de la peur, froide, déraisonnable, salée.
Mais toujours pas tombé. Alors il faut bouger, bouger, comme dans la chanson. Il y pense. Ca lui occupe un peu l'esprit et du coup, le décrispe. Il tape comme un sourd son piolet droit. Une assiette se dessine mais il semble tenir. Pas le choix. Il retape les pieds qui sont de nouveau bien posés. "Il faut bouger bouger". Il sort son piolet gauche avec une facilité... il n'était véritablement retenu par rien, si peu. Les Auvergnats ont leur Dent de la Rancune (un petit sommet), ici c'est la dent (du piolet) de la persévérance. Et ré-ancre le piolet gauche, enfin bien. Ressort le piolet droit, l'assiette de glace part avec mais son poids n'était plus dessus, vise une légère dépression dans la glace, et le ré-ancre en un coup. "Celui-ci, il tient" se dit-il.
"On a tout fait on a chanté oyé- on va bouger, bouger". Il continue de grimper ! Ca y est, il est sorti du mur. Surtout pas se déconcentrer maintenant. Le terrain s'annonce en neige pas trop raide mais en cas de chute, ca ferait maintenant trente mètres plus les rebonds. "Brrr, toujours pas de point possible ?" au moment où il se dit cela, il voit enfin une belle fissure franche sur la droite. D'une main, il dégage le friend qui lui semble adapté de sa bandoulière, le place, le teste: il tient ! Il le clippe puis hurle "ON A BOUGÉ BOUGÉ YOOOOOOUUUU !" Son cri expire toute sa tension et son trop plein d'adrénaline.

En dessous, sous assureur qui était hors de vue de la scène comprend que celle-ci vient de tourner du bon côté. Un peu plus haut, un piton en place et une bonne glace lui donne ce qu'il faut pour confectionner un solide relais sur lequel il pourra récupérer le temps de la montée du second de cordée. Au dessus, il leur reste encore à parcourir quatre longueurs, mais sans plus de difficultés majeures.
Billets plus anciens ...